Deux soirées valent mieux qu’une

Chengdu (104)Chengdu (Chine – Sichuan) – le 21 novembre 2009 – Audrey

Le jeudi 19 novembre – Après 1h30 de spectacle Sichuannais typiquement local et impressionnant de kitch, nous nous rendons tous les 4 à une soirée Karaoké, invités par une couchsurfeuse chinoise, Britney.  Les hôtes sont deux expat’ anglophones donc tous les invités parlent également anglais. Quelle aubaine ! Très rapidement je me retrouve entre une Russe et une Chinoise à expliquer notre projet, parler d’écologie et philosopher sur le bonheur sur fond de musique pop et de chanteurs approximatifs.

Il y a vraiment une bonne ambiance dans cette soirée ! Ludo, Mariette et moi nous lançons aveuglement sur la seule chanson française du répertoire : « Ca plane pour moi » … Grossière erreur, la chanson, mise à part le refrain, est inchantable ! Nous tentons de rattraper le coup en chantant tous les 4 a capela « Belle qui tient ma vie ». Le succès est immédiat : un jeune chinois, Angelo, la main sur la bouche, n’en revient pas « Their voices are amazing », « leurs voix sont extraordinaires » ; les jeunes nous adressent des compliments avec beaucoup d’enthousiasme ; Scofield, un jeune Chinois très calme s’approche de moi en me donnant une carte de visite et me propose de venir chanter dans son bar-restaurant, le Bookworm.

Chengdu (65)

De Chengdu nous ne trouvons pas de traducteur pour un village tibétain et plusieurs pistes nous orientent vers cette ville plus au nord : Xining. Nous souhaitons partir le lendemain par le train de 21h. L’idée me vient de faire notre spectacle avant de partir. Nous tombons d’accord sur une représentation à 18h afin de pouvoir échanger un peu avec notre public. Nous annonçons à nos nouveaux fans ce concert improvisé. La soirée se poursuit mêlant alcool, chansons et discussions.

Le vendredi 20 novembre – Finalement n’ayant plus de place pour le train de 21h, nous ne partirons que le lendemain. Nous abordons donc la soirée avec plus de sérénité. Vers 18h, le taxi nous dépose devant le Bookworm, un concept de bar-restaurant assez original : le lieu est une grande bibliothèque où on peut manger, boire et lire à volonté. Ce décor donne une atmosphère rarement rencontrée en Chine : une ambiance culturelle à l’occidentale. Nous nous y sentons bien.

Chengdu (129)

Petite tournée de pizza en apéro : la quatre fromages fait plaisir aux babines. Quelques jeunes de la veille sont là pour nous supporter : Angelo, notre plus grand fan mais également Britney et son ami Pakistanais chez qui Guillaume et Mariette logent.

Belle qui tient ma vie, Nos Autem, Il est bel et bon : nos quelques chants sont chaleureusement accueillis. On peut lire l’émotion sur le visage de l’auditoire. La suite du show est tout aussi réussie : l’énergie est là ! A la fin de notre représentation, un homme d’une quarantaine d’années, Peter, vient nous féliciter. Il est Américain et a particulièrement apprécié notre performance. Il glisse quelques billets dans les chaussures que Guillaume tient la main (nous jouions pied-nu). Nous découvrirons quelques minutes plus tard qu’il s’agit de 200 dollars et que Peter n’est autre que le propriétaire du Bookworm dont Scofield est le gérant. Voilà un excellent chapeau…ou plutôt chaussure, devrais-je dire ! 🙂

Chengdu (99)

D’autres personne viennent nous féliciter, trinquer avec nous, nous offrir une bouteille de « vin français ». A la demande générale nous faisons un bis quelques heures plus tard : Ta Katie t’a quittée de Boby Lapointe et La femme qui pète au lit (sans la traduction) comblent de nouveau les clients du Bookworm.

Deuxième tournée de pizzas, accompagnée de bière, de vin, de rires… tout est là ! Nous nous préparons à décoller pour « Paname », une boite de nuit tenue par un Français, lorsque Scofield nous annonce la cerise sur le gâteau : le repas et les boissons pour nous et nos amis sont offerts par la maison ! La soirée se termine au son de la techno, en partageant quelques brochettes sichuannaises avec nos amis.

Chengdu (127)

Voilà une soirée comme on les aime !

Une réponse à “Deux soirées valent mieux qu’une”

  1. leslie dit :

    ah ce bon vieux « belle qui tient ma vie » il nous sauvera donc toujours en bien des circonstances!!
    toujours chouette d’avoir de vos nouvelles, et en photos c’est encore mieux!!
    nous on a chanté jada jazz et half a minute avant le feu d’artifice du 8 décembre, les lyonnais sont restés de marbre…!
    cantiga en Chine: là est la solution 🙂
    bien des bisous à vous!!
    leslie

Laisser un commentaire